Funky Night

Mercredi 29 février 2012 - Concert

Funky Night

Attention, ce concert est bissextile ! Cela signifie qu'un concert de funk avec autant de groove et de folie, ça n'arrive que tous les 4 ans...

Une date rare, où se côtoieront les lausannois de Professor Wouassa et leur afrobeat teinté de funk, d'ethio-jazz ou de hip-hop, ainsi que les furieux Enneri Blaka dont le funk s'enrichit de rock, d'electro ou d'acid jazz pour être d'autant plus percutant !

Un 29 février, c'est rare, alors autant le rendre mémorable !

Horaire : 21h / portes 20h

Tarif : 10.- / 5.- carte Sat

Enneri Blaka

Enneri Blaka

Big Bang, première livraison explosive d’Enneri Blaka parue en 2006, annonçait déjà la tendance : remettre le funk torride à l’ordre du jour ! Lancée à pleine vitesse, cette machine de huit turbulents électrons creuse son sillon et bénéficie d’une réputation grandissante. La participation d’Angelo Moore (chanteur de Fishbone) en témoigne. Explorant les sons à l’extrême, le groupe se joue avec audace des clivages pour tout emporter sur son passage. Pimenté d’un groove organique, de cuivres frénétiques et d’ambiances mystiques, Enneri blaka est une bouffée d’air frais dans le paysage musical français.

Après plus de 200 dates à travers l’Europe à dévorer les scènes tel un octopus electro-funk à l’appétit insatiable, cristallisées dans un DVD Live paru en 2008, Enneri Blaka revient en janvier 2011 avec un second album haut en couleurs, Welcome to Pornocracy.

Melody’s Over ouvre l’album sur les chapeaux de roues ; une Betty Boop malmenée tente d’entamer les présentations, alors qu’un beat infernal l’embarque à son bord sans crier gare. Improvisé en monsieur loyal pour l’occasion, Matthieu Mary, chanteur charismatique du groupe entonne dans un rugissement : « Ladies and gentlemen, please welcome to the Pornocracy Show ! »

Se dessine alors un concept album aux choix artistiques plus engagés que son prédécesseur. Si la bonne humeur est transmise d’emblée par ce tourbillon funky contagieux aux guitares sautillantes, les mélodies envoûtantes sont contrastées par un discours féroce etendurci à propos de notre société dégénérescente. Le pouvoir, le commerce du sexe, l’usage de l’argent… sont passés au crible, toutefois sans amertume car porté par une constante ironie. En témoigne le premier single Monkey March, où une mélodie allégorique, tel un opium du peuple aveuglant, abrite un pamphlet acide nous rappelant que le principe de la preuve sociale, associé à celui de l’ignorance collective, veut faire de nous de véritables moutons de panurge.

Tantôt musclé et bondissant, tantôt malicieux et sensuel, toujours porté par une énergie ébouriffante, Welcome to Pornocracy est l’album d’un groupe qui a su trouver sa propre voie loin des étiquettes. Sa musique reste indomptable et c’est sans doute son plus grand charme.

web social

site web

Professor Wouassa

Professor Wouassa

Dans les bas-fonds humides de la capitale vaudoise, le combo Professor Wouassa élabore un genre musical singulier qui prend racine sur le continent africain. Ces onze musiciens n’hésitent pas à mixer afrobeat, high-life et ethio-jazz à leur culture soul 60’s, old funk et hip-hop. Leur premier album Dangerous Koko ! est une bombe afrobeat qui profite du concours de nombreux artistes internationaux tels que Duke Amayo (Antibalas), Chico Mann (Antibalas), Black Cracker (Grand Pianoramax), Korbo (Fanga) ou encore Didier Awadi (Positive Black Soul). Mixé et masterisé au Canada par Jason Jaknunas (The Soul Jazz Orchestra), il porte le genre vers des terrains nouveaux.

web social

site web