Zatellig Festival

Mercredi 13 au Jeudi 14 avril 2011 - Concert

Zatellig Festival

LE festival Satellite-Zelig !

Au programme:

Concerts:

Mercredi - Satellite:
21h Le Larron (Chanson / Blues)
22h15 Mon Côté Punk (Chanson/ Psychédélique/Tropical)
portes 21h

Jeudi - Zélig:
22h Brainless (Funk)
23h45 Dj Das (Dubstep)
portes 21h


Tournoi de babyfoot:

Mercredi 15h: qualifs à Zélig
Jeudi: Finales à Sat


Tarifs:

Concert mercredi: 10.- / 5.- carte Sat
Concert jeudi: 5.-

Pass concerts 2 jours: 10.-
Tournoi babyfoot: 10.-
Pass concerts 2 jours + tournoi babyfoot: 15.-

Inscriptions et prélocs aux bars


Venez nombreux!

Tarif : 10.- le pass

Mon Côté Punk

Il faut se méfier des apparences et des préjugés. Mon Côté Punk n'est pas (seulement) un groupe de punk ! Collectif français initié en 2003, il s’agit d’un projet parallèle de figures bien connues de la scène alternative française regroupant une dizaine de musiciens dont notamment Olivier et Mourad de La Rue Kétanou. Le groupe s’est créé par une envie commune de se retrouver musicalement avec des artistes croisés et appréciés pour partager plus qu’une complicité amicale.

Après avoir écoulé 20.000 exemplaires de son premier album éponyme et réalisé plus de 250 concerts, Mon Côté Punk a enregistré en 2007 un deuxième opus, Anawah, à Bruxelles, avec une multitude d’instruments (batterie, flûtes, tuba, bugle, sax ténor, mandole, percussions, …). Résultat: 45 minutes et 13 chansons associant mélodies orientales, flamenco, rythmiques africaines, ritournelles punk, envolées tziganes, … Ces musiciens nomades, faits pour la scène, sortent un album live en 2009, prétexte pour une nouvelle tournée!

web social

Le Larron

Commençons par l’évidence : Le Larron est un sale gosse. Un sale gosse qui aime la chanson et la malmène autant qu’il l’adore.

Le Larron a fait ses classes en écrivant et en jouant pour d’autres, sur scène ou en studio, notamment Jane Birkin, le Comte de Fourques, Melle Rose et Ridan, puis l’envie est montée de prendre le micro. Premières maquettes et premiers concerts dans les cafés parisiens en 2006. La suite est une histoire de belles rencontres, entrainant un premier album.

C’est ainsi que prend forme ce petit musée des horreurs et de l’absurde au fil duquel Le Larron souille une grande chanson d’amour, crève d’ennui, propose de participer à un drôle de jeu « facile et pas cher », implore une dépressive de le jeter par-dessus bord, fait danser la valse à des amants qui ne s’aiment plus et se défile face aux conséquences de ses actes reproductifs.

web social

site web